A propos du projet de recherche

De Metabolisme territorial
Révision datée du 14 décembre 2017 à 15:45 par MTAdmin (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Titre de la thèse : Intégrer l’étude du métabolisme urbain et régional dans la gouvernance territoriale : L’enjeu des données et de leur restitution

  • Démarrage : Octobre 2016
  • Laboratoire d'accueil : Laboratoire Image Ville Environnement (Université de Strasbourg)
  • Direction : Dominique BADARIOTTI (Université de Strasbourg, CNRS, LIVE UMR 7362, F-67000 Strasbourg, France) et René KAHN (Université de Strasbourg, BETA, F-67000 Strasbourg, France),
  • Financement : Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) sous la supervision d’Amandine CRAMBES (Service Organisations Urbaines).

La thèse est à la croisée des champs de l'écologie territoriale, de la statistique et des sciences de l'information.

L'écologie territoriale se donne l'ambition d'agir sur le métabolisme territorial. La statistique ambitionne de décrire le monde réel, ce faisant, elle le façonne également. Les technologies de l'information permettent de manipuler et partager de nombreuses informations, nous permettant d'aller plus loin dans la compréhension de nos systèmes socio-économique.

Logo live.gif Logo ademe.jpg Logo unistra.jpg


Résumé

Le développement économique de nos sociétés s’est accompagné de prélèvements et de rejets dans la biosphère (air, eau, sols, …) qui ne sont pas durables. Aussi, mieux comprendre comment les flux de matières et d’énergie extraits de notre environnement interagissent (à travers leur extraction, transformation, transport et élimination) sur un territoire est essentiel pour la pratique d’une réelle écologie territoriale. L’étude du « Métabolisme Territorial » vise ainsi à décrire ces interactions et à mieux évaluer les besoins matériels et la pression de nos activités sur l’environnement. Cela nécessite néanmoins de manipuler une quantité certaine de données. De nombreuses difficultés surviennent dès lors qu’il s’agit d’identifier ces données, de les agréger et d’en restituer une synthèse intelligible, cohérente et exploitable par les acteurs du territoire. Ces derniers ayant par ailleurs des besoins en termes d’information pouvant varier (qu’il s’agisse du fond ou de la forme).

L’objectif de cette thèse est donc de prendre du recul sur les différentes phases du processus d’évaluation du métabolisme (collecte, traitement et restitution des données) pour mettre en lumière les problématiques, mais aussi élargir l’horizon des finalités d’usages d’une telle comptabilité. Le travail de recherche participera dans un second temps à enrichir les réflexions et solutions pour résoudre ces problématiques et faciliter l’appropriation de cet outil de comptabilité environnementale par les acteurs territoriaux.

Finalement, ces travaux devraient permettre de réduire les efforts menés pendant la phase de quantification du métabolisme territorial, tout en apportant une information plus pertinente aux acteurs territoriaux pour leur stratégie de développement durable. Afin de rester dans un contexte concret, ce travail de thèse sera appliqué au cas de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Plusieurs études de flux ont été menées dans la région, et les problématiques liées au traitement des données ont imposé de nombreuses limites qu’il s’agira dépasser.


Le cas concret de la Région Grand-Est

Cette thèse sera structurée autour de ces trois questions pragmatiques :

  • Quelle est la disponibilité et la variabilité des données sources ?
  • Quels sont les finalités d’usages et les besoins des acteurs territoriaux ?
  • Quels sont les méthodes et moyens pour le traitement des données ?

Afin de rester au plus près des réalités et des exigences territoriales, cette thèse sera appliquée au cas concret de la Région Grand-Est, où des acteurs universitaires et institutionnels ont déjà travaillé sur ces questions. A terme, ces travaux faciliteront la phase de recueil de données et aideront les acteurs territoriaux à améliorer leur stratégie de développement durable.

English version

This PhD thesis aims to analyse how data which are used for territorial metabolism evaluation are collected, processed, summarized.

Territorial metabolism studies are a result of large amount of data, and the way they are usually manipulated has a big influence on the time study and quality.

This thesis is structured around three pragmatic questions:

  • What is the availability and variability of data sources ?
  • What are the possible usage of these data, according territorial actor needs ?
  • What are the methods that may help for data processing ?